Le Canada, est-il vraiment bilingue ?

Cet article à été réalisé en partenariat avec le Centre francophone de Toronto.

Le Canada est un pays officiellement bilingue (français - anglais). Cependant, ce fait ne signifie pas que vous trouverez des services en français partout au Canada. Trop souvent, les nouveaux arrivants francophones croient qu'on pourra les servir en français tant dans le secteur public que dans le secteur privé. Ils arrivent au Canada (dans une province autre que le Québec) et se rendent compte que les services en français se font plutôt rares et que, par conséquent, ils devront nécessairement apprendre l'anglais.

Dans cet article

Nous allons faire un survol rapide de l'histoire du bilinguisme au Canada. Une fois que cet historique sera mieux connu, nous pourrons alors aborder le sujet des services en français tant du côté public que privé. Par la suite, nous verrons le peu d'information disponible aux francophones. Finalement, pour bien préparer le nouvel immigrant à la réalité canadienne, il faut qu'il soit mis au courant des différences entre le français parlé au Canada et le français parlé en Europe ou en Afrique.

1. La réalité du bilinguisme canadien

a. Historique

Ce survol historique vous donne un aperçu de l'histoire du bilinguisme au Canada. Il ne se veut pas un historique étoffé. Il y a bien d'autres écrits qui peuvent vous instruire à ce sujet.

Les minorités francophones canadiennes ont toujours lutté et continuent à lutter pour la survie et l'épanouissement de la langue française à l'extérieur du Québec. C'est grâce à ces luttes que les francophones d'aujourd'hui bénéficient de certains droits et services en français dans les institutions gouvernementales de certaines provinces. Pour de plus amples renseignements, visitez le site Web du Patrimoine Canadien. Voir aussi le site Web de l'Office des affaires francophones.

b. Les services en français (fédéral, provincial, municipal, secteur privé)

Les secteurs suivants offrent, jusqu'à un certain point, un service en français :

  • Affaires municipales
  • Alphabétisation
  • Communautés ethnoculturelles
  • Condition féminine
  • Culture
  • Éducation
  • Justice
  • Logement
  • Post secondaire
  • Santé
  • Service aux femmes victimes de violence
  • Services sociaux et communautaires
  • Tourisme

Cependant, il est important de signaler que ces services ne sont pas toujours disponibles en français de façon égale à travers la province. De plus, il faudrait aussi être au courant du fait que l'engagement gouvernemental de fournir des services en français est différent à chaque niveau - fédéral, provincial, municipal.

Fédéral

Dans les institutions fédérales qui desservent le public, un individu a le droit de se faire servir en français ou en anglais. Il faut cependant s'assurer que c'est à un endroit désigné bilingue. Par exemple, il y a plusieurs bureaux de poste à Toronto, cependant il n'y en a que quelques uns qui sont désignés bilingues. Il faut alors téléphoner à l'institution fédérale appropriée et lui demander où se trouvent les bureaux désignés bilingues. Si vous ne recevez pas un service adéquat en français dans un endroit désigné bilingue du gouvernement fédéral, vous pouvez déposer une plainte au Commissariat aux langues officielles.

Provincial

Au niveau de la province de l'Ontario, la loi sur les services en français de 1986 stipule qu'un individu peut se prévaloir de services en français dans tous les ministères et organismes gouvernementaux qui desservent le public. Il faut cependant faire attention car cette loi s'applique seulement dans les régions désignées. Une région désignée est: 1. Une région où 10% de l'ensemble de la population est francophone; 2. Une ville où il y a au moins 5000 francophones. Pour voir quelles sont les régions désignées, visitez le site Web de l'Office des affaires francophones.

Si vous ne recevez pas un service adéquat en français dans une région de l'Ontario désignée bilingue, vous pouvez déposer une plainte au Commissariat aux services en français.

Municipal

Les municipalités ne sont pas tenues légalement d'offrir des services dans les deux langues officielles du Canada. Par conséquent, les services en français dans les municipalités de l'Ontario se font plutôt rares. Pour savoir si la municipalité où vous résidez offre des services en français, il faut se renseigner auprès de l'hôtel de ville.

Dans plusieurs municipalités de l'Ontario, les fonctionnaires et les représentants de celles-ci travaillent uniquement en anglais. Même la capitale nationale, Ottawa, n'est pas officiellement désignée une municipalité bilingue et ce bien qu'elle soit désignée comme ayant droit aux services en français au niveau des services offerts par la province. Plusieurs des responsables municipaux ont tendance à traiter le français comme toute autre langue ethnique.

Par exemple, à Toronto, la ville a une ligne téléphonique francophone qui est le 416-392-7342. Cette ligne n'est qu'un service de renseignements. Si vous voulez des renseignements sur le ramassage des ordures, on pourra vous envoyer de la documentation en français. Mais, si vous voulez déposer une plainte parce que la ville n'a pas ramassé vos ordures, il faut le faire en anglais. Vous pouvez avoir le même genre de services dans plusieurs autres langues.

En guise de comparaison, la ville d'Ottawa offre beaucoup plus de services en français. En premier lieu, le site Web de la ville d'Ottawa est bilingue. Il est facile de passer de l'anglais au français en cliquant sur la langue de préférence. Cette option n'existe pas sur le site Web de la ville de Toronto. De plus, la ville d'Ottawa a une politique favorable au bilinguisme touchant non seulement les services offerts au public mais aussi les employés de la ville.

Le secteur privé

Dans le secteur privé, les corporations, compagnies et commerces ne sont pas tenus légalement d'offrir des services dans les deux langues officielles. Vous remarquerez que certaines compagnies offrent des services en français. Cependant, le français n'est pas toujours disponible dans tous les services de la compagnie.

Pour cette raison, lorsque vous allez faire vos épiceries, la caissière s'exprimera probablement uniquement en anglais si vous êtes à l'extérieur du Québec. Par contre, certaines grandes compagnies qui ont des affaires au Québec auront certains services disponibles en français. Ces services en français se feront surtout par l'intermédiaire de leurs télécentres.

Par exemple, en appelant Bell Canada pour votre service téléphonique, vous recevrez du service en français. Cependant, si vous allez au centre de services local de Bell Canada dans un endroit à majorité anglophone, il est peu probable qu'il y ait quelqu'un qui parle le français.

2. Le peu d'information disponible aux francophones

L'Ontario est la province qui accueille le plus grand nombre de nouveaux arrivants au Canada. Plusieurs de ces nouveaux arrivants qui viennent en Ontario s'établissent à Toronto. Ce qui fait que Toronto est une ville très multiculturelle. Ces endroits anglophones qui accueillent les nouveaux arrivants reçoivent des gens de plusieurs langues et cultures différentes. Plusieurs employés de ces centres anglophones considèrent le français comme toutes les autres langues. Ils vont alors traiter les francophones comme tous les autres nouveaux arrivants qui ne parlent ni l'anglais ni le français puisqu'ils ne sont pas nécessairement au courant des ressources francophones dans la communauté.

Par conséquent, il se pourrait qu'ils ne réfèrent pas les nouveaux arrivants francophones aux ressources francophones. Par exemple, dans plusieurs cas, ils ne parlent pas à ces francophones de l'existence d'écoles francophones.

3. Le parler canadien-français

Il est important de noter que le français parlé au Canada est différent du français parlé en Afrique et en Europe. Les différences les plus notoires sont les différences d'accent, du vocabulaire et de la syntaxe. Répertorier toutes ces différences n'est pas dans le cadre de cet article. Il s'agit tout simplement de vous donner des pistes pour vous aider à minimiser les malentendus possibles que ces différences de langues peuvent occasionner.

Le premier point à soulever est que le français est parlé dans plusieurs régions du Canada. La vaste majorité des francophones se trouvent au Québec. Il y a d'autres francophones en Ontario (surtout au nord), dans chacune des provinces de l'ouest et des territoires, ainsi que dans les provinces de l'Atlantique (surtout au Nouveau-Brunswick). Plusieurs des francophones vivant dans les provinces de l'Atlantique s'appellent Acadiens. Chacun de ces groupes francophones du Canada se distingue l'un par rapport à l'autre. L'accent du francophone de l'ouest sera différent de l'accent du Québécois. Le francophone de l'ouest, étant dans une situation minoritaire, sera énormément influencé par l'accent anglophone. De même, pour l'accent du francophone de l'Ontario. Cependant, le Franco-Ontarien vivant à proximité du Québec n'aura pas nécessairement un parler français aussi anglicisé que ses compatriotes de l'ouest.

Le deuxième point à soulever est les différents niveaux de langue. Comme partout ailleurs, le français parlé par les gens éduqués sera plus soutenu. Par conséquent, le francophone venant de l'extérieur du Canada aura beaucoup plus de facilité à comprendre le français parlé de façon soutenue. Ce même francophone aura probablement énormément de difficulté à comprendre le français parlé "de la rue".

Le parler canadien-français se caractérise par les caractéristiques suivantes :

La prononciation

  • Devant un "i" ou un "u" le "t" se prononce "ts" et le "d" se prononce "dz". Petit est prononcé "petsit" et dire est prononcé "dzire".
  • Devant "ne", la prononciation du "i" est entre les sons "i" et "é" et la prononciation du "u" est entre les sons "u" et "eu". Les mots "fine" et "lune" sont alors prononcés de façon moins fermée.
  • La diphtongue "oi" comme dans "moi" change à "moé" ou comme dans "droite" change à "drète".

Le vocabulaire

  • Il y a certains mots qui sont empruntés de l'anglais. Par exemple le mot "cute" qui est mignon ou quelqu'un qui est "en trouble" c'est quelqu'un qui a des problèmes.
  • Il y a certains mots qui viennent de l'ancien français ou des dialectes de certaines régions de la France. Par exemple "garrocher" qui signifie lancer et "achaler" qui signifie emmerder.
  • Il y a certains mots qui proviennent de l'influence des langues amérindiennes. Par exemple "orignal".

Ceci n'est qu'un exposé très bref sur le parler canadien-français. Pour de plus amples renseignements vous devriez visiter le site Web suivant: www.lexilogos.com/quebecois_langue_dictionnaires.htm

Pour conclure, le fait français au Canada est très unique. Les francophones du Canada ont tenu bon à maintenir leur langue grâce aux luttes qu'ils/elles ont menées. Les gouvernements ont dû commencer à offrir des services en français en milieu minoritaire. Malheureusement, il y a toujours des lacunes, surtout au niveau municipal. De plus, du côté des organismes anglophones, ils ont tendance à traiter le français comme toute autre langue ethnique.

La dernière chose à retenir est que le français parlé au Canada est considérablement différent du français africain ou européen. Il faut être au courant de ces différences pour mieux s'établir dans le contexte canadien-français.

Sites connexes

  • Bienvenue au Canada : Ce que vous devriez savoir - une publication de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) présentant des renseignements sur les divers aspects du mode de vie des Canadiennes et des Canadiens, comprenant des renseignements sur les services de base, où trouver de l'aide dans votre collectivité et les principales sources d'information.
  • Immigration francophone hors Québec - page du site Web de CIC offrant de l'information et des ressources concernant les communautés francophones au Canada.
  • Commissariat aux langues officielles - le Commissariat est chargé de protéger et de promouvoir les deux langues officielles du Canada. Informez-vous sur vos droits linguistiques sur ce site Web.
  • Office des affaires francophones - sur ce site, vous trouverez des annonces d'intérêt pour la communauté francophone, des détails relatifs à la Loi sur les services en français, ainsi que divers renseignements sur les collectivités et organismes francophones de l'Ontario.
Dernière mise à jour : août 22, 2012 4000737