Le travail à la façon canadienne

Un article de Susan Qadeer (traduit de l'anglais).

Vous êtes nouvellement arrivé au Canada et vous voulez travailler. Trouver un emploi occupe une part importante de votre processus d’établissement. Vous aurez à relever plusieurs défis. Ce guide vous aidera à trouver un emploi, à le conserver et à planifier votre carrière professionnelle.

Introduction

En quoi le Canada est-il différent?

Le Canada est un pays qui a la réputation d'un pays humaniste et tolérant. C'est bien vrai. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de problèmes mais c'est aussi pourquoi plusieurs choisissent le Canada comme pays d’adoption.

Le visage du Canada et sa culture ont été façonnés par les immigrants qui partagent, malgré tout, des croyances et des valeurs. À titre d’exemple, la plupart des Canadiens croient que leurs voisins leur ressemblent : respectueux des lois, désireux d’une belle vie pour eux-mêmes et leur famille et aspirant à entretenir des rapports amicaux avec leurs voisins sans pour autant se mêler de leurs affaires. Ces attitudes se traduisent aussi dans la conduite des affaires.

Vous décèlerez quand même des différences dans la conduite des affaires comparativement à vos habitudes. Ces différences varient d’une personne à l’autre pour des raisons diverses. Personne ne pourra vous expliquer exactement comment cela se traduit dans la réalité. C’est vous qui devez déterminer en quoi votre façon de travailler se distingue de celle de votre entourage. Il vous sera alors plus facile de convaincre un employeur que vous possédez les atouts qu’il recherche et que vous pouvez vous intégrer dans son entreprise.

Le vécu canadien

Qu’est ce qu’on entend par le vécu ou l’expérience canadienne? Pour un grand nombre d’employeurs, sa signification parle d’elle-même : vous n’avez pas d’expérience de travail au Canada ! Il est aussi possible qu’un employeur ne sache pas comment s’y prendre pour évaluer le genre de travail que vous faisiez avant d’arriver au Canada par rapport aux façons de faire ici. Il se peut aussi que l’employeur craigne que vous ne puissiez vous adapter à sa culture d’entreprise. Une autre possibilité est que l’employeur fasse preuve de discrimination envers vous.

On pourrait croire que l’expérience canadienne exigée par les employeurs est injustifiée, mais il y a quelques raisons pour démontrer que ce n’est pas le cas. Il faut du temps à un nouvel employé pour apprendre comment les choses fonctionnent. Toutes les organisations fonctionnent avec des règles, des politiques et des pratiques courantes qui s’apprennent avec le temps. Ces pratiques sont beaucoup moins connues lorsque vous venez d’un autre pays. À titre d’exemple, vous pourriez faire des erreurs coûteuses si vous ne connaissez pas les standards de santé et sécurité au travail, lesquels peuvent être différents de ceux de votre pays d’origine.

C’est pourquoi il est utile d'acquérir une expérience pratique en faisant du bénévolat, en travaillant comme stagiaire ou comme employé à temps partiel.

Se familiariser avec la vie et la culture canadienne

Comment définir la culture canadienne? Il y a autant de définitions qu’il y a de Canadiens. Cela signifie qu’on ne doit pas s’attendre à des réponses identiques d’une personne à l’autre. Le Canada est une terre d’immigrants où tous les vécus et les influences varient.

Les employeurs qui exigent une expérience canadienne veulent s’assurer que vous avez une bonne connaissance des coutumes, des politiques et autres caractéristiques du quotidien canadien. Voici un exemple:

Lorsque Thomas a commencé à travailler comme mécanicien dans une station-service, il a décidé de réparer une pièce défectueuse et de l’installer dans la voiture. Cette réparation a nécessité quatre heures de travail. Constatant cela, le patron lui a dit qu’à l’avenir il doit s’en tenir tout simplement à commander une pièce de rechange, sans plus. Thomas était mécontent de la réaction de son patron parce que sa créativité et ses compétences techniques à réparer la voiture n’étaient pas reconnues. De son côté, le patron était préoccupé de la réaction du client qui aurait été fâché d’être facturé pour quatre heures d’une main-d’œuvre coûteuse comparativement au montant moins élevé d’une pièce de rechange. Thomas croyait que sa manière de faire était aussi utilisée dans son nouveau lieu de travail. Même s’il faut y consacrer un peu de temps, il suffira d’un peu d’expérience pratique pour être plus à l’aise dans la façon de faire les choses.

Les exemples suivants de comportements dans le quotidien illustrent les différences entre les cultures : la façon de se saluer, qui peut serrer la main de qui, quelle personne doit se lever lorsqu’on la présente à une autre ou quoi faire après avoir ouvert une porte.

Ces détails peuvent vous paraître sans importance, mais la plupart des gens portent un jugement sur les autres dès les premiers instants de leur rencontre. Il n’existe pas de meilleur moyen de connaître ces différences que de se retrouver dans diverses situations sociales.

Le marché du travail: confrontation avec la réalité et comment s’y préparer

N’attendez pas d’arriver au Canada avant de vérifier ce dont vous avez besoin pour pratiquer votre métier ou votre profession. Plusieurs recherches peuvent se faire en ligne. Il serait même préférable de les effectuer avant de présenter votre demande d’immigration.

Il arrive fréquemment que plusieurs emplois, en particulier pour les professions et métiers, exigent une licence professionnelle ou des niveaux d’éducation déterminés. Il y a aussi la question de la demande du marché pour votre métier ou profession. Il est difficile de prédire le moment où il y aura croissance ou diminution des emplois dans votre domaine. Vous devriez toutefois faire une recherche à ce sujet si vous planifiez une carrière au Canada.

La réalité la plus élémentaire est que personne ne fera ce travail pour vous. Vous devez vous-même vous mettre à la tâche. Et qui plus est, ne devriez-vous pas vous faire une idée de ce qui vous attend au Canada avant d’y arriver?

Divers facteurs affectent le marché du travail. Vous devez être au courant des changements technologiques, des mouvements de population, des lois et des tendances. Emploi-Avenir est un point de départ. Vous pouvez aussi examiner quels sont les salaires payés pour des emplois en particulier. La consultation des offres d’emploi est aussi utile. Une discussion avec une personne qui travaille dans votre domaine vous aidera à connaître les salaires et les perspectives de changements qui pourraient survenir. Plusieurs professions sont encadrées par des associations où l’on obtient beaucoup de renseignements. Consultez l’annuaire des associations à votre bibliothèque publique.

Vous trouverez ci-dessous de l’information sur la recherche d’entreprises et le marché du travail:

Information sur le marché du travail

Obtenir un emploi

Allons-y dans l’ordre, les deux premières choses:

  • Obtenir un numéro d’assurance sociale (NAS)
  • Obtenir de l’aide : l’orientation professionnelle

Que vous soyez à la recherche d’un emploi pour retourner au travail ou que vous recherchiez des renseignements sur l’orientation professionnelle, vous devrez accomplir les deux importantes tâches suivantes.

Une des toutes premières choses qu’un résident permanent doit faire est de présenter une demande d’assurance sociale (NAS). Ce numéro est composé de neuf chiffres et sert à identifier les personnes qui sont rémunérées pour leur travail, à payer les impôts, à verser les contributions à leur plan de retraite et à bénéficier des programmes gouvernementaux. Il est illégal, pour un employeur, d’embaucher une personne qui n’a pas de numéro d’assurance sociale.

Vous obtiendrez un formulaire de demande de numéro d’assurance sociale (NAS) en vous présentant au Centre des ressources humaines du Canada (CRHC) près de chez vous et vous le remplirez là en personne. Vous pouvez aussi le télécharger et vous rendre ensuite à votre bureau de Service Canada.

Les nouveaux arrivants au Canada ont accès à toute une gamme de services. L’orientation professionnelle en est un. Les orienteurs vous aideront à faire les premiers pas de votre plan de carrière, que ce soit pour débuter ou pour savoir comment orienter votre carrière selon votre expérience de travail, votre niveau d’éducation et vos compétences. De plus, cette aide comprendra la rédaction du curriculum vitae et de la lettre de présentation en plus des conseils sur la manière dont les entrevues d’emploi se déroulent au Canada. Vous trouverez ci-dessous de l’information supplémentaire sur les agences qui offrent ces services :

Faire évaluer ou non vos diplômes et titres de compétence

Les immigrants ou autres personnes dont les titres de compétences en éducation ont été obtenus à l’extérieur du Canada doivent les faire évaluer, par un service d’évaluation reconnu, pour les situations suivantes:

  1. Emploi (y compris le niveau salarial et les occasions d’avancement)
  2. Immigration
  3. Éducation supérieure et éducation continue
  4. Délivrance de permis
  5. Formation par apprentissage

Auto-évaluez vos compétences par rapport à la demande du marché du travail

La plupart des orienteurs professionnels vous aideront à évaluer vos intérêts, aptitudes, compétences et valeurs et à faciliter votre analyse des tendances du marché du travail.

Vous êtes la seule personne qui puisse juger de ce qui vous intéresse et le rôle des orienteurs professionnels consiste à vous faciliter cette tâche. Vos aptitudes et compétences peuvent être évaluées d’après vos réalisations, vos réussites en éducation et par des tests appropriés. L’évaluation est une étape importante dans l’orientation vers la carrière qui vous convient.

Il est souvent utile d’avoir recours aux services d’un orienteur professionnel ou d’une agence.

Comment chercher un emploi et quelques sites Web utiles ?

Les emplois sont de plus en plus souvent affichés sur des sites Web. Il faut évidemment vérifier les journaux nationaux, locaux et ethniques sans négliger les ressources en ligne. Lisez l’information supplémentaire présentée ci-dessous:

Où trouver des emplois sur Internet?

Vous auriez aussi avantage à vérifier les sites Web des employeurs importants qui affichent les postes disponibles et à consulter les postes affichés par les grandes entreprises qui ont un service de ressources humaines.

Vos chances de succès seront habituellement moindres si vous remplissez des demandes où il n’y a pas d’emplois disponibles et cela, même si vous répondez aux exigences du poste. La chance pourrait cependant vous sourire si vous avez beaucoup de temps et d’énergie à y consacrer. Il y a aussi les agences privées qui peuvent vous aider à trouver du travail, leurs frais de services sont presque toujours à la charge à l’employeur.

Références d’emploi

Les employeurs demandent habituellement des références surtout lorsqu’ils vous considèrent pour un poste.

Ils pourraient accepter des références morales si vous n’en avez pas d’un emploi antérieur. Les références morales sont fournies par des personnes qui peuvent témoigner de votre honnêteté, fiabilité et autres qualités personnelles avantageuses. Vous pourriez aussi avoir recours à des personnes que vous avez connues, tel que des propriétaires et des voisins. Votre enseignant actuel pourra informer l’employeur sur vos aptitudes pour certaines tâches et votre réputation en général.

Si vous voulez avoir recours à des employeurs pour qui vous avez travaillé bénévolement ou avec rémunération et qui ont accepté de vous fournir des références, n’oubliez pas de les informer des emplois que vous postulez. Cela peut se faire par un bref courriel où vous leur mentionnez que vous postulez un emploi et précisez les raisons qui font de vous un bon candidat. Vous pourrez leur rafraîchir la mémoire sur vos capacités si vous joignez votre curriculum vitae à ce courriel. Vous ne voudriez certainement pas que votre ancien employeur ou une autre personne ait à fournir une référence sans pouvoir répondre à des questions précises à votre sujet.

Petits boulots de survie

Plusieurs nouveaux arrivants prennent des petits boulots pour toucher rapidement des revenus. Ce genre de petits métiers se trouve souvent dans les emplois qui sont par exemple ceux de gardiens de sécurité, pompistes, préposés au terrain de stationnement, chauffeurs de taxi, travailleurs en usine ou vendeurs à commission.

Il n’est pas facile de quitter ce genre d’emploi pour un emploi à la hauteur de vos compétences puisque cela exigerait de votre part beaucoup d’efforts et ainsi qu'un retour à l’école. Les suggestions qui suivent vous aideront à accumuler des expériences de travail au Canada, à passer de l’état de sans emploi à un emploi de survie et finalement à un emploi mieux rémunéré et mieux situé dans un plan de carrière.

  • Bénévolat
    Plusieurs organismes ou agences de services vous aideront à décrocher un travail bénévole. Les premiers endroits pour commencer la recherche seraient Internet, un orienteur professionnel et votre bibliothèque publique. Si vous en avez le temps et que vous trouvez un travail dans le domaine que vous recherchez, votre engagement à titre de bénévole pourrait vous servir de précieuse expérience. Le bénévolat vous offrira une expérience de travail directement liée à la culture canadienne du travail. Certains organismes refuseront les services de bénévoles pour toutes sortes de raisons. Ils ne désirent pas, dans certains cas, voir des bénévoles traiter des dossiers confidentiels. Cela s’explique surtout pour des raisons d’assurances du personnel puisque les polices d’assurance ne couvrent que les employés.
  • Réseautage
    Pouvoir faire du réseautage signifie que vous avez trouvé des personnes qui peuvent aider à votre recherche d’emploi. Cette tâche est souvent difficile pour les nouveaux arrivants. Il est important d’élargir votre réseau social pour y inclure différents types de personnes car c’est un moyen très courant de se tenir au courant des occasions d’emploi. Cet objectif sera facilité si vous adhérez à des organismes et clubs sociaux, si vous faites du bénévolat et que vous cherchez à connaître de nouvelles personnes. Les personnes engageantes, amicales et loquaces seront plus à l’aise de travailler à satisfaicet objectif quoique la plupart des gens sont capables d’imiter ces comportements, au moins temporairement pour développer leur réseau. Voici pour vous une liste de réseaux professionnels pour immigrants (en anglais seulement).
  • Stages, placements professionnels
    Pour une entreprise ou un organisme, les stages constituent des occasions d’embauche d’une personne pour une période de temps définie. Ils vous aideront à accumuler de l’expérience de travail, à être productif pour l’employeur, souvent à un coût inférieur. Ce genre d’emploi est parfois rémunéré, parfois accompli à titre bénévole sans paiement. Même si on utilise souvent les services d’étudiants avant leur graduation, n’importe qui peut essayer de décrocher un stage. Vous pourriez obtenir de l’aide d’organismes spécialisés en stages, des listes de stages possibles sont publiées dans des livres et vous pourriez aussi tenter de vous débrouiller tout seul.
  • Jumelage d’emploi
    Vous pourriez obtenir de l’information supplémentaire dans un domaine particulier en demandant à une personne de faire un jumelage d’emploi pour une ou plusieurs journées. Les personnes qui ont des responsabilités de confidentialité pourraient refuser. Si vous pouvez vous prévaloir d’un jumelage, vous aurez une idée de ce qui se passe quotidiennement dans ce poste et vous constaterez quels sont vos besoins en éducation ou en formation pour y être embauché éventuellement. Cette expérience de jumelage s’ajoute aux occasions possibles de démontrer votre connaissance de ce genre de travail lors d’une entrevue.
  • Les orienteurs professionnels peuvent vous aider à la recherche de stages et de jumelages d’emploi. Il sera souvent difficile, et parfois impossible, de vous organiser par vous-même. Si vous faites appel à un organisme communautaire, demandez leur ce qu’ils peuvent faire pour appuyer votre recherche d’emploi.
  • Entrevues d’information
    Les entrevues d’information s’organisent avec des personnes qui, d’après vous, possèdent de l’information sur le genre de travail que vous aimeriez faire. Tout en développant vos connaissances dans votre domaine d’intérêt, vous rencontrerez des personnes qui pourront vous référer à d’autres individus qui pourront aussi vous aider. Veillez à ne pas trop accaparer le temps d’une personne, habituellement pas plus d’une demi-heure ; préparez vos questions à l’avance et envoyez-lui un petit mot de remerciement après l’entrevue.

Rédiger votre curriculum vitae et la lettre de présentation à la façon canadienne

Même si les styles de rédaction des curriculum vitae varient souvent et qu’il n’y a pas de règles à proprement parler, vous voudrez toutefois rédiger votre curriculum vitae de manière à ce qu’on puisse facilement y trouver l’information pertinente à votre sujet. Les curriculum vitae qui sont trop longs risquent de passer inaperçus puisque les responsables du recrutement accordent très peu de temps à leur lecture, surtout lorsque plusieurs candidats postulent le même emploi. Assurez-vous que l’information la plus importante se trouve sur la première page s’il y en a deux. Pour des conseils sur la rédaction de votre curriculum vitae, lisez notre articleComment créer un c.v. canadien ?

La préparation à une entrevue

Il existe plusieurs types d’entrevue et si vous êtes chanceux, on vous informera à l’avance de celui qui sera utilisé dans votre cas pour que vous sachiez à quoi vous attendre. Dans la plupart des cas, les responsables des entrevues vous présenteront les grandes lignes du poste avant de vous poser des questions sur votre formation, votre expérience et vos aptitudes à effectuer le travail.

Vous aurez de bonnes chances de convaincre votre employeur de vos compétences si vous lui illustrez la façon dont vous réalisez vos tâches. Ces démonstrations doivent être brèves, traçant les grandes lignes de la situation ou du problème, les mesures que vous avez prises et les résultats obtenus. Voici quelques questions typiques qu’on pourrait vous poser. Essayez de trouver une de vos réalisations pour illustrer vos réponses.

  • Donnez-moi un exemple de travail en équipe où vous avez accompli une tâche difficile
  • Décrivez-moi une situation où vous avez démontré vos compétences en planification et en structure organisationnelle
  • Donnez-moi un exemple où vous avez traité avec un employé difficile et comment vous vous y êtes pris

On vous permet habituellement de poser une question. Vous devriez y penser bien avant le temps. Votre capacité de poser une question démontre que vous avez réfléchi à cette possibilité et que vous avez consacré le temps nécessaire à la recherche sur l’entreprise et l’emploi postulé.

Formation et perfectionnement professionnel

Établissements d’enseignement et ce qu’ils offrent

L’inscription à des cours est un excellent moyen de se tenir au courant des nouvelles idées et des innovations dans votre domaine. Considérez les options suivantes :

  • un cours du soir
  • suivre un cours à titre d’auditeur libre (suivre un cours sans obtenir les crédits, ni faire les travaux ou rédiger les examens)
  • entreprendre une série de cours menant à un certificat (programme de courte durée)
  • un diplôme (programme de longue durée)
  • un degré (encore plus long)
  • des études supérieures si vous détenez déjà un diplôme

Certains collèges offrent des certificats en une année (ou à un rythme accéléré) pour les personnes qui n'ont ni diplômes, ni degrés. Cette approche permet de changer efficacement de domaine ou d’obtenir des titres de compétences reconnus par le système canadien d’éducation. Votre statut d’étudiant vous donne accès à plusieurs services offerts par les établissements d’enseignement : orientation professionnelle, clubs de recherche d’emploi, ressources de carrière, placement de travail, etc.

Comprendre la terminologie utilisée dans le cadre d’une industrie

Il semble que chaque domaine d’activité ait élaboré son propre vocabulaire. Les vendeurs sont devenus des vendeurs associés et les enseignants des garderies sont maintenant des éducateurs de la petite enfance. Vous aurez à vous habituer au vocabulaire spécialisé de votre milieu de travail.

Il vaut mieux s’informer au début. Certains termes sont difficiles à deviner et d’autres peuvent avoir différentes significations. Assurez-vous de posséder les qualifications pour l’emploi que vous postulez. Le système de classification nationale des professions (CNP) vous aidera à identifier les qualités et compétences exigées pour un emploi en particulier.

Classification nationale des professions (CNP)

Compétences linguistiques: quel est le niveau de compétences requis, où peut-on les obtenir et comment les améliorer ?

Certains postes ne requièrent pas un niveau très élevé de l’anglais parlé et écrit. Cependant, en règle générale, plus vos compétences en anglais sont bonnes, meilleures sont vos chances de trouver un emploi et de le conserver.

Vous trouverez des occasions d’améliorer vos compétences linguistiques dans les salles de cours, les programmes gouvernementaux et en utilisant votre bon sens tout simplement. Vous devriez sauter sur chaque occasion de pratiquer vos connaissances et d’obtenir de l’aide, y compris en demandant aux autres de vous corriger.

Essayez de vous joindre à des groupes où vous aurez l’occasion d’écouter et de parler l’anglais. La radio est une meilleure source d’apprentissage que la télévision. Les cours formels vous aideront à être plus précis. Les accents ne posent généralement pas de problème sauf s’ils vous empêchent d’être compris.

En milieu de travail

Les changements de plans et les nouveaux départs

L’arrivée dans un nouveau pays peut aussi être une occasion de changer de carrière. Si vous devez poursuivre votre éducation ou obtenir une formation, vous pourriez considérer cette situation comme une occasion de travailler dans un autre domaine.

Il se peut aussi que vous vouliez changer de carrière parce que redémarrer ici dans votre domaine antérieur pourrait être trop difficile ou même impossible. La recherche de carrières possibles, la connaissance des exigences particulières et l’évaluation de vos compétences et aptitudes sont des aspects très importants de ce changement. Votre démarche sera plus facile si vous obtenez l’aide d’un orienteur professionnel avant de vous y engager. Le changement de carrière pourrait vous imposer un bon investissement en temps et en argent.

Conseils sur le milieu de travail. Conseils pour vous entendre avec les autres et pour conserver votre emploi

Comment identifier quelques pratiques en milieu de travail canadien ? Votre capacité à retenir et à comprendre les différences vous aidera à réussir.

En voici une : le travail d’équipe

Le travail d’équipe est important pour les employeurs canadiens où les employés jouent différents rôles. Le comité d’embauche d’un nouveau comptable, par exemple, pourrait être composé d’un réceptionniste, d’un gestionnaire, d’un collègue de travail du comptable et d’un professionnel des ressources humaines.

Il est convenu que les employés doivent être traités d’égal à égal. Cela signifie que les employés sous votre responsabilité ne doivent pas être traités comme des personnes inférieures. Tout le monde essaie de contribuer à la réussite de l’équipe même si cela signifie qu’il faudra faire un travail qui, techniquement, ne fait pas partie de sa description de tâches. Quoique ce ne soit pas souvent le cas, le fait de traiter différemment une personne à cause d’une différence de statut pourrait faire de vous un employé très impopulaire.

Il est important d’être sensibilisé à la culture d’un organisme. Comment le milieu de travail fait-il face aux perçages corporels, tatous, anniversaires de naissance, pauses café, rendez-vous chez le dentiste, utilisation du photocopieur à des fins personnelles, etc. ? Vous ne voudriez pas vous retrouver dans une situation où vous agiriez d’une manière que les autres employés de l’entreprise trouveraient inacceptable. La meilleure façon de comprendre la culture du milieu de travail est d’observer et de poser des questions.

Gravir l’échelle et vouloir avancer, formation continue, perfectionnement professionnel

Bon nombre de nouveaux arrivants acceptent de prendre des emplois au bas de l’échelle dans l’espoir qu’ils pourront gravir les échelons une fois qu’ils auront pu démontrer leurs capacités. En plus d’être un excellent employé en performant bien au travail, de bien vous entendre avec vos collègues et d’être consciencieux, vous voudrez saisir tous les avantages d’apprentissage qu’offre le milieu de travail.

Votre capacité de suivre des cours reliés à votre travail est souvent perçue très positivement et démontre votre engagement. Votre employeur pourrait soit payer pour votre cours, soit vous laisser le temps libre pour le suivre, ou bien encore vous offrir les deux.

Histoires vécues de nouveaux arrivants

Rencontrer des nouveaux arrivants

À son arrivée au pays, Jamil était un urbaniste professionnel et il voulait trouver un emploi semblable.

Il possèdait un grade universitaire de l’Inde en urbanisme et 10 années d’expérience. Il voulait travailler dans ce domaine. Ses compétences linguistiques étaient excellentes, mais il connaissait peu la réglementation canadienne en urbanisme. Jamil a fait le nécessaire pour obtenir une entrevue d’information avec le gestionnaire d’un bureau d’urbanisme et a suivi la suggestion de l’interviewer de lire un livre sur l’urbanisme au Canada. Il avait aussi demandé et obtenu le nom de deux directeurs qui accepteraient de le faire travailler bénévolement dans un bureau d’urbanisme. Avant de contacter ces directeurs, Jamil a pris la peine de s’informer sur les questions d’actualité en urbanisme afin de se familiariser avec le genre de problème qu’il aurait à résoudre. Après avoir terminé ses six semaines de bénévolat, Jamil s’était fait connaître des autres membres du personnel de l’entreprise ce qui l’avantagerait s’il y postulait pour un poste à contrat. Jamil est présentement en voie de s’établir à son propre compte dans la profession de son choix.

Xu Lin était ingénieur en Chine mais ne souhaitait pas travailler dans ce domaine en arrivant au Canada.

Xu Lin n’était pas heureux en ingénierie. Il ne s’intéressait pas à ce genre de travail, croyait qu’il n’était pas spécialement doué pour cela et percevait l’immigration comme une occasion de trouver un emploi qu’il aimerait. Xu adore la nourriture. Il aime lire à ce sujet, faire la cuisine et déguster des mets. Tout le monde aime aller dîner à son appartement parce qu’ils savent qu’il cuisinera quelque chose de spécial. Xu s’est trouvé du travail dans la cuisine d’un petit restaurant chinois. Il aimait bien le travail, mais il voulait cuisiner d’autres mets et approfondir ses connaissances d’autres cuisines. Il s’est inscrit à un programme d’apprentissage qui lui permet de continuer à travailler et d'étudier en même temps.

Sites Connexes

  • La culture du milieu de travail canadien - Une page du site VoieRapide Boréal
  • Le Guide sur les carrières - une guide, publié par le gouvernement du Canada, qui décrivent les compétences, les caractéristiques principales du travailleur et autres indicateurs reliés aux professions
  • Emploi-Avenir Ontario est une publication qui décrit sur les tendances actuelles et les perspectives d'avenir de 163 professions répandues en Ontario. Il s'agit d'une initiative conjointe des gouvernements de l'Ontario et du Canada.
  • Emploi-Avenir Canada est un outil sur les carrières qui a pour but de vous aider à planifier votre avenir. Il fournit de l'information utile sur 226 groupes professionnels et décrit l'expérience de travail de diplômés récents de 155 programmes d'études
    Dernière mise à jour : novembre 19, 2013 4000759